Archives de catégorie : enligne

N° 65 – GENRES SCOLAIRES

Si le genre est au cœur de l’enseignement du français, ce n’est pas seulement à travers ces objets d’étude que sont les genres littéraires.  À l’école, le travail sur les textes est encadré par des modèles qui en régissent la réception et la production. Selon une approche plurielle  (didactique du français, analyse du discours et histoire des disciplines), le numéro traite de genres scolaires qui s’enseignent (la dissertation), mais aussi d’outils (les manuels, les questionnaires sur un texte) et d’activités (la récitation) qui gagnent à être pensés comme des genres scolaires, ainsi que de l’usage scolaire, voire de la scolarisation, d’objets extrascolaires (albums pour la jeunesse). Chemin faisant, le numéro explore ainsi la construction scolaire des objets d’enseignement.

Le numéro est disponible aux Presses Universitaires du Septentrion.

Sommaire

Quelques remarques sur la notion de genre scolaire / D. Maingueneau 7


Quand la devinette devient un genre scolaire. Analyse didactique d’une séquence de lecture-écriture en CP/CE1 / N. Denizot 17


Des albums pour parler, des albums pour se taire / P. Heems 33


L’album de littérature de jeunesse : genre, forme et/ou médium scolaire ? / A. Leclaire-Halté, L. Maisonneuve 49


L’évolution des genres scolaires en français : le cas de la dissertation à Genève (1970-2004) / A. Monnier 65


Débattre, faire débattre et apprendre à débattre. Étude des déclarations d’enseignants de cycle 3 sur des genres disciplinaires du débat / A. Destailleur 87


Le questionnaire en question / M. Habi 109


Des élèves concepteurs de pages de manuel / C. Mercier 129


La récitation / S. Piot 147


Genres scolaires et genres scolarisés en écriture et pratiques sociales de référence. Le cas de l’école primaire en Suisse romande (1830-2010) / B. Schneuwly, S. Aeby Daghé 163

64-2Des nouvelles du livre pour la jeunesse : albums en tous genres / É. Vlieghe 177

Éditorial

Il peut paraitre déroutant pour nos lecteurs que ce numéro de Recherches soit consacré aux « genres scolaires », tant cette notion, encore instable sur un plan théorique, peut sembler peu pertinente pour l’enseignant de français, pour qui elle n’est pas objet d’enseignement ni d’apprentissage. Le sujet n’est d’ailleurs pas très familier à la revue, dont le dernier numéro sur la question des genres1 remonte à 1990. Mais le genre, c’était alors le genre littéraire, et l’éditorial se faisait l’écho de la perplexité voire des désaccords au sein du comité de rédaction face à une notion « marquée du sceau de l’archaïsme voire du label réactionnaire des Belles-Lettres2 ». L’usage le plus productif au plan didactique semblait être à cette époque l’entrée dans les classes des genres paralittéraires.

Depuis les années 1990, de nombreux travaux ont conduit à déplacer cette question des genres littéraires vers les genres discursifs voire vers les genres d’activités – notamment à la suite d’une redécouverte des écrits de Bakhtine3. Cette livraison de Recherches témoigne de ce déplacement : les genres littéraires y sont quasiment absents, sinon à travers les albums de littérature de jeunesse, objets exemplaires pour interroger justement les frontières entre genre littéraire et genre scolaire. Mais la notion permet de s’intéresser à ces genres présents dans la classe de français que sont par exemple la dissertation, le questionnaire des manuels ou le débat. De fait, c’est plutôt aux genres scolaires disciplinaires que nous nous intéressons ici, […]

 Ce que le Café Pédagogique dit de ce numéro dans son Expresso du 30 janvier 2017.

 

 

N° 64 – AIDER

L’aide est une dimension constitutive du métier d’enseignant : enseigner, c’est aider à apprendre. Pour aider, l’enseignant est tantôt dans l’anticipation, tantôt dans l’immédiateté : en amont du cours, il identifie ce qui peut faire obstacle aux apprentissages et imagine des facilitations ; au quotidien, dans les interactions avec les élèves, il réagit, reconstruit, adapte ses démarches. Mais « aider » est aussi un mot d’ordre institutionnel, qui se traduit par la mise en place de dispositifs multiples dont la pertinence ne va pas de soi. À travers des situations concrètes, les articles parcourent ces différentes dimensions de l’aide, pour comprendre ce qui permet la construction de cette professionnalité et ce qui la freine.

Le numéro est disponible aux Presses Universitaires du Septentrion.

Sommaire

64-1La prescription institutionnelle de l’aide : mots d’ordre et désordres / Marie-Michèle Cauterman, Bertrand Daunay  7


64-2La prescription institutionnelle de l’aide en fiches / La rédaction 25


64-4Aider : récit d’une journée ordinaire / Stéphanie Michieletto-Vanlancker 43


64-6Quelles médiations pour accompagner la construction de la littéracie en première année d’université ? / Catherine Frier, Isabelle Estève, Alain Chartier 53


64-7Les ressources numériques et la littérature en classe : entre ambitions présomptueuses et adaptation aux besoins / Magali Brunel, François Quet 83


64-8De l’aide spécialisée… pour tous / Sophie Dziombowski 95


64-5 Aider les élèves de GS  ou de CP  à comprendre des histoires, oui mais comment ? / Marie-France Bishop, Véronique Boiron 107


64-9Aider des lecteurs débutants à la lecture collective d’un album / Michèle Lusetti 121


64-3« En fait, vous voulez nous aider ? » / Olivier Markwitz 155


64-10Aider les enseignants à cerner les besoins grammaticaux des élèves : le projet Scolagram / Jean-Pierre Sautot 173


64-11Des vertus de l’écart / Malik Habi 183


64-12Des nouvelles du livre pour la jeunesse : encore adolescents, déjà parents… / Élizabeth Vlieghe 205

Éditorial

Six ans ont passé depuis le n° 52 Programmes, programmations et sa jungle des dispositifs. À l’époque, la rédaction avait tenté de se frayer un chemin parmi les textes règlementaires présentant l’aide personnalisée, le DRE, l’école ouverte, l’ENT, le PPRE… Au moment de préparer le présent numéro, la question des dispositifs institutionnels s’est posée de nouveau car nombre d’entre eux ont pour vocation d’aider les élèves. La plupart existent toujours, d’autres sont apparus, renforçant l’injonction déjà forte d’une prise en charge de plus en plus personnalisée et externalisée des handicaps et/ou des difficultés dans une logique de surenchère teintée de libéralisme. Ces dispositifs peuvent constituer de véritables aides mais à condition […]

Ce que Le Café Pédagogique dit de ce numéro dans son Expresso du 11 juillet 2016…

 

 

 

N° 63 – L’ÉVALUATION

Enseigner et évaluer vont de pair pour l’enseignant. Mais ses pratiques en la matière sont doublement encadrées par l’institution : par les instruments d’évaluation nationaux et internationaux, mais aussi par les prescriptions en matière d’évaluation, associées aux nouveaux dispositifs et programmes. Cette double intervention laisse souvent l’enseignant déconcerté face à des tâches mal définies, comme l’évaluation des compétences. D’où le parti pris d’interroger les présupposés et enjeux de ces instruments et prescriptions, et de continuer de proposer des démarches qui rendent l’élève conscient de ses apprentissages.

Ce numéro est disponible aux Presses Universitaires du Septentrion.

Sommaire

Peut-on évaluer les compétences scolaires ? / Bernard Rey 9


Mes classes sans notes / Stéphanie Michieletto-Vanlancker 23


Les évaluations nationales : un « outil » insaisissable ? / Daniel Bart 51


Enseignement d’exploration en seconde générale : et si on n’évaluait pas… / Catherine Mercier 73


Cette affiche-là, on n’en a plus besoin / Sophie Dziombowski 93


L’« assessment » à l’université aux États-Unis : compétences, évaluation, amélioration / Christiane Donahue 101


Oui, on peut / Patrice Heems 111


L’autoévaluation, une aide à l’écriture / Séverine Piot 117


Musées portatifs : une activité personnelle dans le cadre de l’épreuve orale de français / Sophie Gintzburger 129


Un plaisir à livre ouvert ? L’évaluation du plaisir de lire dans le PISA / Daniel Bart, Bertrand Daunay 147


Des nouvelles du livre pour la jeunesse : rêve ou cauchemar (2) / Élizabeth Vlieghe 163

Éditorial

Que Recherches propose un nouveau numéro sur l’évaluation, après les numéros 6 (1987), 21 (1994) et 38 (2003), est l’indice de la récurrence d’une question qui traduit cependant un rythme de réflexion bien différent de l’agitation médiatique (sur les blogs, les forums, dans la presse) et de la précipitation institutionnelle (projets, arrêtés, décrets, conférences) qui ont fait récemment de l’évaluation une question d’actualité : va-t-on supprimer les notes ? Les compétences vont-elles remplacer les connaissances dans les livrets scolaires ? Va-t-on préférer le contrôle continu au Brevet des collèges ? Que nous disent les résultats des enquêtes nationales et internationales sur la santé de notre système scolaire ? […]

Ce que Le Café Pédagogique dit de ce numéro dans son Expresso du 11 janvier 2016…

N° 62 – REFORMULER

La reformulation est essentielle à l’acte pédagogique, aussi bien dans l’élaboration du savoir à enseigner que dans la préparation de ses cours par l’enseignant, dans le discours de l’élève ou dans les interactions au sein de la classe… La reformulation, qu’elle soit orale ou écrite, qu’elle concerne un énoncé écrit ou oral, est une nécessité pour faire vivre au sein d’une classe, dans un contexte constamment renouvelé, les savoirs et les discours. Cette livraison de Recherches veut interroger les différentes formes de reformulation que la classe de français fait vivre : il s’agit, en somme, de décliner la reformulation et d’en montrer toutes les facettes. Dans les activités proposées dans ce numéro, la reformulation est un moyen d’entrer dans les textes et dans les activités de la classe.

Ce numéro est disponible aux Presses Universitaires du Septentrion

Sommaire

62-1 De la recherche à la trace écrite : quand les élèves reformulent / S. Piot 9


62-2 Tu parles, j’écris ce que tu dis / F. Bureau 21


62-3L’élaboration de la trace écrite : le rôle de la reformulation / A. Promonet 31


62-4Re-formuler… ou comment prendre en compte les réponses des élèves pour avancer dans l’interaction ? / D. Moussi 51


62-5Suivez la trace… / M. Habi 73


­62-6Reformuler, est-ce produire ? Pour qui ? Pour quoi ? Pour une reconsidération de l’activité résumante / J.-P. Bernié 85


62-7Reformulez après le BIP / S. Dziombowski 103


62-8Wikipédia ou la tentation du copier-coller / S. Michieletto-Vanlancker 109


62-9Quoi qu’a dit ? A dit plein de choses / P. Heems 125


62-10Autrement dit : quelques activités de reformulation / M.-M. Cauterman, C. Coget, N. Denizot, S. Dziombowski 137


62-11La paraphrase au cœur du commentaire / B. Daunay 155


62-12Transposer pour comprendre les textes / C. Mercier 197


62-13Des nouvelles du livre pour la jeunesse : rêve ou cauchemar ? / É. Vlieghe 213

Éditorial

La pédagogie est un art de la répétition, entend-on souvent. L’idée est recevable si l’on conçoit la répétition dans ses multiples réalisations : de la récitation de l’énoncé d’un savoir, censée en faciliter l’appropriation, à la reformulation, qui fait bouger les lignes, sinon du savoir, au moins de son appréhension. La reformulation n’est pas une redite : elle engage une transformation. C’est pourquoi la reformulation – une des formes les plus élaborées de la répétition – est essentielle à l’acte pédagogique, dans l’élaboration du savoir à enseigner (programmes, manuels, ressources destinées aux professeurs…) ; dans la préparation de ses cours par l’enseignant ; dans le discours de l’élève (sur un texte, un savoir, les propos d’un autre) ; dans les interactions au sein de la classe… […]

N° 61 – ÉCRIRE

Commencer à écrire, apprendre à écrire et à réécrire, continuer d’apprendre à écrire, écrire pour apprendre : l’« écrire » comme processus est au centre de ce numéro. Les articles s’intéressent aux apprentissages multiples corrélés à l’écriture. Écrire à l’école, c’est, entre autres, mettre en jeu des postures disciplinaires. Du côté de l’enseignement, concevoir des démarches d’apprentissage suppose de prendre en compte la complexité du processus et d’en assumer les tensions et paradoxes. Par exemple celui-ci : si l’écriture réussie est une écriture investie, comment aider les élèves à investir des écrits qui doivent avant tout répondre à des normes scolaires ? Ces questions, et d’autres, se posent et se travaillent à tous les niveaux, des premières classes élémentaires à l’université.

Le numéro est disponible aux Presses Universitaires du Septentrion. Les articles sont téléchargeables sur cette page.

Sommaire

L’écriture argumen61-1tative au Bac Pro et en BTS : qu’en disent les élèves ? / Franck Luczak, Isabelle Delcambre 7


61-2« Le sujet de réflexion du brevet et la dissertation, c’est un peu pareil ! » / Malik Habi 33


J61-3ihane et les rédactions / Marie-Michèle Cauterman 49


61-4Quelles pratiques d’enseignement de l’écriture en début de cours préparatoire ? / Bernadette Kervyn, Jérôme Riou, Armelle Roderon, Jean-Charles Chabanne 71


61-5Cinq pratiques pour favoriser la motivation et la réussite des élèves en écriture / Valérie Lessart, Frédéric Guay, Érick Falardeau, Pierre Valois, Stéphanie Langlois 97


61-6« Au fond, quand mon texte change, je change aussi. » / Dominique Morizot 117


61-7Écrits intermédiaires et commentaire au lycée : écrire et réécrire pour bien commencer / Christine Dupin 131


61-8L’écriture d’invention, ou l’écriture en liberté surveillée / Corinne Souche 149


L’éc61-9riture d’invention : une histoire de connivence / Catherine Mercier 167


61-10Les ateliers d’écriture : d’un amour pour les ornithorynques et de quelques autres effets personnels / Christophe Fourvel 187


61-11Introduire des étudiants à la compréhension de discours universitaires : quand des étudiants écrivent pour comprendre / Isabelle Delcambre 195

61-12Des nouvelles du livre pour la jeunesse : la Grande Guerre (2) / Élizabeth Vlieghe 215

Éditorial

Concevoir des tâches scolaires puis accompagner les élèves dans la réalisation de ces tâches est l’une des facettes du métier d’enseignant. Quelle démarche mettre en place pour qu’un élève entre dans la lecture d’une œuvre ? Comment aider les élèves à progresser dans l’écriture d’un texte ou à présenter un exposé oral ? Dans toutes ces situations, l’enseignant – comme l’élève – a besoin d’outils. C’est une notion ambigüe que cet outil sur lequel s’interroge ce numéro de la revue Recherches en ouvrant les trousses, les cartables, les tiroirs, les armoires, en regardant les tableaux, les murs de la classe, les écrans, en explorant les espaces virtuels, pour examiner les outils, ouvrages, matériaux, instruments que convoquent les tâches scolaires […]

N° 60 – OUTILS

Révolution numérique oblige, la notion d’outil est souvent associée aux outils informatiques, TBI, Web social, plateformes d’enseignement à distance etc. Mais, du crayon au manuel, ce numéro de Recherches s’intéresse aussi aux outils traditionnels et aux outils conceptuels propres à l’enseignement du français. Il interroge les interactions enseignants/outils/élèves à tous les niveaux de la scolarité, de l’école à l’Université. Il s’agit notamment de se demander en quoi les besoins didactiques amènent à privilégier tel ou tel outil, et pour quels usages, et en quoi l’outil lui-même peut induire – ou non – une posture d’enseignement différente. Sans oublier la question de l’appropriation de l’outil – qu’il soit issu de la sphère scolaire ou extrascolaire – par l’enseignant comme par l’élève.

Ce numéro est disponible aux Presses Universitaires du Septentrion. Les articles sont téléchargeables sur cette page.

Sommaire

R60 1Enseigner à distance dans un master MEEF / N. Denizot 7


R60 2Se servir de la carte mentale pour entrer dans l’écriture / B. Kervyn, J. Faux, V. Billon 25


R60 3TBI, niveau 1 / S. Michieletto-Vanlancker 49



R60 4Outils numériques, continuités et ruptures entre pratiques scolaires et pratiques personnelles / C. Fluckiger 57


R60 5La révolution pédagogique est à gauche au fond de l’armoire / P. Heems 69


R60 6Le web social au service de tâches d’écriture / F. Mangenot, T. Soubrié 89


R60 7Vous avez pas un mouchoir ? / M.-M. Cauterman, Malik Habi 111


R60 8Informer sur les manuels scolaires, une mission délaissée par l’Éducation Nationale / M.-L. Elalouf, N. Bois-Masson


R60 9Le plan de travail, un outil d’individualisation / F. Bureau 137


R60 10C’est l’histoire de… mon carnet de lecteur / S. Piot 151


R60 11Objets du quotidien et matériaux scolaires : la trousse à outils d’élèves de CM2 / F. Azria 175


R60 12Les affiches dans les classes : ce qu’en disent les élèves / M. Dufour 195


R60 13De quelques outils informatiques et de leurs usages personnels vers la classe / C. Charlet 211


R60 14Des nouvelles du livre pour la jeunesse : la Grande Guerre / É. Vlieghe 221

Éditorial

Concevoir des tâches scolaires puis accompagner les élèves dans la réalisation de ces tâches est l’une des facettes du métier d’enseignant. Quelle démarche mettre en place pour qu’un élève entre dans la lecture d’une œuvre ? Comment aider les élèves à progresser dans l’écriture d’un texte ou à présenter un exposé oral ? Dans toutes ces situations, l’enseignant – comme l’élève – a besoin d’outils. C’est une notion ambigüe que cet outil sur lequel s’interroge ce numéro de la revue Recherches en ouvrant les trousses, les cartables, les tiroirs, les armoires, en regardant les tableaux, les murs de la classe, les écrans, en explorant les espaces virtuels, pour examiner les outils, ouvrages, matériaux, instruments que convoquent les tâches scolaires. […]

N° 59 – RÉCITS

Les récits sont partout à l’école, et ce bien au-delà de la discipline « français », tout en résistant aux définitions : qu’il soit au singulier ou au pluriel, les contours scolaires de l’objet restent flous et même fluctuent. Ce numéro de Recherches part donc d’une définition minimale : faire un récit, c’est raconter une histoire, à l’écrit, à l’oral voire en images. Et il explore quelques implications didactiques, à plusieurs niveaux scolaires et en formation d’enseignants, qu’il s’agisse de développer la connaissance des récits ou d’apprendre par des récits. En essayant de ne jamais oublier, dans les démarches proposées ni les analyses envisagées, qu’il y a aussi du plaisir à inventer ou entendre des récits.

Ce numéro est disponible aux Presses Universitaires du Septentrion. Les articles sont téléchargeables sur cette page.

Sommaire

59-1Écrire des récits pour interroger la notion de récit / C. Charlet­ 7


59-2Du récit d’expérience au récit de fiction : un exemple d’activité narrative dans une classe de petite et moyenne section de maternelle / V. Boiron 19


59-3L’angoisse du conteur au moment du récit / P. Heems 37


59-4Lire des histoires ou comprendre des textes ? Le(s) récit(s) enseigné(s) au fil des cycles / C. Ronveaux, A. Soussi 45


59-5« Et maintenant on va où ? – Vers le récit cinématographique » / M. Habi 59


59-6Raconte-moi comment tu réfléchis.  Quand le prof de français s’invite en cours de mathématiques / S. Michieletto 77


59-7Quel rôle joue la notion de récit pour construire des compétences de lecture écriture en seconde ? / C. Charlot 93


59-8Apprendre le récit au collège / J.-F. Inisan 113


59-9Les ailes du récit / B. Daunay, M. Lusetti 135


59-10Des nouvelles du livre pour la jeunesse : vivre en Chine / É. Vlieghe 173

Éditorial

Il y a fort longtemps déjà, la revue Recherches avait consacré un numéro au « Récit ». Le titre était alors au singulier : le récit se posait comme une notion omniprésente à l’école mais très peu interrogée. Avec assurance, la revue s’était emparée de ce qui paraissait alors un objet disciplinaire traditionnel, comme naturel, avec l’idée qu’il était possible d’en préciser la définition, d’en affiner la formalisation, d’en améliorer l’enseignement. Et pourtant, les contours de cet objet scolaire restaient malgré tout assez flous, le mot récit rassemblant, au fond, tout ce qui pouvait se raconter, à l’écrit ou à l’oral, mais assez nettement du côté du fictionnel. […]

N° 58 – LIRE ET COMPRENDRE

Apprendre à lire… Tout un programme, de l’école à l’université. Lire sans comprendre, ce n’est pas lire. À chaque étape de l’apprentissage de la lecture, il y a pour l’élève des sauts à accomplir : passer de la lecture des syllabes à la lecture du mot, de la lecture accompagnée à la lecture individuelle, de la lecture des détails à la compréhension de l’ensemble, de la lecture d’un roman à son utilisation en contexte scolaire, etc. Dans ce parcours, l’élève peut douter, se perdre, renoncer ; quant à l’enseignant, il peine à comprendre ce que ne comprend pas l’élève. À travers les analyses, propositions de démarches, propos d’élèves, ce numéro met le doigt sur une difficulté centrale de notre enseignement : la définition de « ce qu’il y a à comprendre » dans les textes.

Ce numéro est disponible aux Presses Universitaires du Septentrion. Les articles sont téléchargeables sur cette page.

Sommaire

58-1« Pour comprendre un texte, déjà il ne faut pas en avoir peur. » Paroles d’élèves sur la compréhension / M. M. Cauterman 9


58-2Enseigner la compréhension à l’école élémentaire : des résultats de recherches à la conception d’un outil didactique / R. Goigoux, S. Cèbe 29


58-3Comment Oscar comprend le chapitre à lire sans le lire / I. Delcambre 47


58-4Mes élèves de troisième face au nouveau brevet / S. Michieletto 67


58-5Lectures cursives au lycée : comprendre, voire faire semblant / M. Beauvois 89


58-6Améliorer sa compréhension de la littérature de jeunesse en explorant les classiques / S. Piot 109


58-7Le texte, le lecteur, le maitre et les autres / F. Quet 131


58-8La plus petite lecture à comprendre / P. Heems 143


58-9Articuler compréhension en lecture et travail du code au CP / N. Audoin-Latourte 151


58-10Petites lectures pour petits lecteurs / S. Dziombowski 167


58-11Introduire des étudiants à la compréhension de textes universitaires / I. Delcambre 177


58-12Mieux lire et comprendre : regards sur le vocabulaire / M. Bonnevie-Tessier 199


58-13Des nouvelles du livre pour la jeunesse : la beauté, une dictature ? / É. Vlieghe 215

Éditorial

Après avoir exploré les marges du cours de français dans le précédent numéro L’Extrascolaire à l’école, Recherches se replonge au cœur de la discipline dans cette nouvelle livraison Lire et Comprendre. Dans le numéro 19, Comprendre, la revue s’interrogeait déjà sur la complexité de l’usage de ce verbe qui, en contexte scolaire, s’accompagne le plus souvent de la négation : l’incompréhension de l’élève, c’est l’élève qui ne comprend pas, c’est aussi l’enseignant qui ne comprend pas ce que ne comprend pas l’élève.
Cette fois, c’est plus précisément la compréhension du texte écrit qui nous intéressera et ce n’est sans doute pas cette centration sur la compréhension en lecture qui atténuera la complexité du thème, […].

N° 57 – L’EXTRASCOLAIRE À L’ÉCOLE

L’école n’est pas un sanctuaire. L’élève y vient avec son vécu d’enfant et l’institution elle-même fait entrer dans l’école des objets extrascolaires ou fait sortir les classes (théâtre, cirque, cinéma, musée, etc.). L’évolution des injonctions officielles et des partenariats est de ce point de vue riche d’en­seignements.
Ce numéro de Recherches interroge ainsi les inter­férences et/ou interactions entre le scolaire et l’extra­scolaire au regard des apprentissages en classe de français. Quelle place pour la sphère privée de l’enfant dans sa vie d’élève – notamment à l’école pri­maire ? Et quelle place dans les activités propres à la dis­cipline, comme l’écri­ture ? Comment penser, par ailleurs, la convocation d’objets extrascolaires, dans le monde de l’école ? Et pour construire quels savoirs ?

Le numéro est disponible aux Presses Universitaires du Septentrion. Les articles sont téléchargeables sur cette page.

Sommaire

57-1Choses vues  /  P. Heems 9


57-2L’enseignement du français aux frontières de l’extrascolaire  /  A. Dias-Chiaruttini 23


57-3Radio et presse au lycée : des activités extrascolaires ?  /  C. Mercier, J.-P. Rausch 41


57-4L’informatique, chemin faisant  /  S. Michieletto 69


57-5Le quoi de neuf : un lieu où l’enfant devient élève, où l’objet du quotidien entre dans le monde scolaire  /  F. Bureau 75


57-6Qu’est-ce que j’enseigne ? Quelques questions autour d’un atelier théâtre réalisé dans le cadre de l’expérimentation « Cours le matin, sport l’après-midi »  /  C. Coget 95


57-7« Qu’est-ce qu’on va faire au tribunal, Monsieur ? »  /  M. Habi 125


57-8Apprendre à visiter, visiter pour apprendre ?  /  F. Bertot 145


57-9La visite scolaire au musée comme objet de construction du chercheur  /  C. Cohen-Azria 159


57-10Des nouvelles du livre pour la jeunesse : manger un peu, beaucoup, passionnément, pas du tout…  /  É. Vlieghe 171

Éditorial

Quatre dinosaures, La femme couchée de F. Léger, la casquette de Valentin, le musée du Quai Branly, un baume magique, le Mont-Saint-Michel : ce numéro de Recherches s’intéresse aux frottements entre le cours de français et l’extrascolaire, c’est-à-dire potentiellement… le reste du monde. Après s’être intéressée, dans le n° 37 « Français et interdisciplinarité », aux liens entre la discipline français et les autres disciplines, puis, dans le n° 52 « Programmes, Programmations », à la jungle des dispositifs greffés, ces dix dernières années, sur la scolarité en général et sur le cours de français en particulier, la revue poursuit et élargit son exploration des frontières en observant les zones de contact entre école et extrascolaire et les sources d’apprentissages qu’elles peuvent constituer : […].

N° 56 – LES DISCOURS EN CLASSE DE FRANÇAIS

Types de textes, formes de discours, genres de textes : que recouvrent ces oscillations terminologiques ? Les types de textes et les formes de discours ont disparu, presque à demi-mot, des derniers programmes de français de l’école élémentaire (2008), du collège (2008) et du lycée (2010), alors pourquoi s’y intéresser ? C’est que ces objets, même s’ils sont désormais estimés hors-sujet par l’Institution, ne sont pas pour autant hors d’usage pour les praticiens, chercheurs et enseignants confondus. La recherche continue de s’y intéresser en les affinant sans cesse. Et c’est dans la mesure où ces catégorisations peuvent aider l’enseignant à penser les apprentissages que Recherches y consacre ce numéro.

Le numéro est disponible aux Presses Universitaires du Septentrion. Les articles de ce numéro sont téléchargeables sur cette page.

Sommaire

R56-1Discursivité, généricité et textualité / J.-M. Adam 9


56-2Le discours publicitaire ou le mélange des genres / S. Dziombowski 29


56-3Varier les discours pour réussir l’entretien de l’épreuve anticipée de français / M. Beauvois 53


56-4Didactique du français et discours / Y. Reuter 67


56-5Rédiger le portrait d’une femme cultivée au siècle des Lumières… / C. Mercier 77


56-6Genres de discours, objets du monde et modes d’organisation des connaissances / V. Boiron 95


56-7Les images racontent-elles à l’école ? / M. Habi 115


56-8La scolarisation de l’argumentation dans l’enseignement secondaire / N. Denizot 135


56-9Argumentation et dissertation / F. Darras, B. Daunay, I. Delcambre, M.-P. Vanseveren 149


56-10Indignes, indignités, indignés : la construction argumentative de l’indignation / C. Plantin 163


56-11Des nouvelles du livre pour la jeunesse : fille ou garçon ? (deuxième volet) / É. Vlieghe 183

Éditorial

Avec cette nouvelle livraison, on pourra s’étonner du choix de Recherches de s’intéresser à des objets aussi désuets que les types de textes et les formes de discours. En effet, pourquoi s’intéresser encore aujourd’hui à ces objets quand ceux-ci ont disparu, presque à demi-mot, des derniers programmes de français de l’école élémentaire (2008), du collège (2008) et du lycée (2010) ? C’est que ces objets, même s’ils sont désormais estimés hors-sujet par l’Institution, ne sont pas pour autant hors d’usage pour les praticiens que nous sommes, chercheurs et enseignants confondus, puisque […].

N° 55 – BROUILLONS

Ce numéro se propose de débrouiller la notion de brouillon en l’éclairant du point de vue théorique, tant par le biais de l’histoire de la notion et de ses acceptions, que par celui des nombreux champs d’études en présence. Les analyses de réécritures permettent de mesurer à quel point le brouillon peut parfois devenir contre-productif. Ce que disent de leurs pratiques les élèves et les étudiants, ou encore les analyses de « brouillons » conduisent aussi à se méfier de toute prescription simplificatrice et réductrice.
Les propositions de travail tentent donc, ici, de prendre en compte la complexité et la diversité des brouillons : brouillon oral/écrit, individuel/collectif, sur transparent/sur feuille A3/sur ordinateur, avec des couleurs des chiffres, des flèches, des phrases ou des mots ; réécritures ponctuelles, partielles, écrits intermédiaires… En enseignement spécialisé, au collège et au lycée.

Le numéro est disponible aux Presses du Septentrion. Les articles sont téléchargeables sur cette page.

Sommaire

55-1Les écrits « intermédiaires » au-delà du brouillon  /  J.-C. Chabanne 7


55-2Le brouillon qui tue  /  F. Darras 21


55-3« Monsieur, je peux demander la publication ? »  /  C. Charlet 31


55-4Brouillons et apprentissage de la dissertation en classe de seconde  /  C. Mercier 45


55-5La question du support dans les apprentissages : le cas du « Grand Brouillon »  /  F. Le Goff 65


55-6Clarifier, embrouiller, inventer, brouillonner  /  C. Doquet 89


55-7Brouillons, brouillard, brouilles et débrouille  /  P. Heems 101


55-8Insupportable brouillon ?  /  S. Michieletto 109


55-9Les étudiants et la réécriture  /  I. Delcambre 125


55-10Le groupe, le déluge et le transparent  /  M.-M. Cauterman 145


55-11Ce qu’ils font et ce qu’ils en disent  /  F. Darras, I. Delcambre 169


55-12Des nouvelles du livre pour la jeunesse : fille ou garçon ?  /  É. Vlieghe 205

Éditorial

Tout est bon dans le brouillon.
En 1989, l’éditorial du numéro 11 de Recherches, intitulé Brouillons, ratures, notait déjà l’existence de ce « leitmotiv pédagogique de l’enseignant de français : “Il faut faire un brouillon” […] affirmé sur le mode de l’évidence ». C’est que le brouillon, tout brouillon qu’il soit, est un objet étrangement rassurant et consensuel. Il est convoqué dans des discours axiologiquement opposés, qui s’entendent cependant pour poser l’importance du brouillon, tout en justifiant cette nécessité sur des principes très divers. […]

N° 54 – ORAL, ÉCRIT

Le numéro se propose de réfléchir à la manière dont les échanges entre paroles et écriture, voix et symboles peuvent permettre de comprendre et de construire sa pensée. Il interroge les préjugés attachés à cette dichotomie supposée entre écrit et oral pour mieux révéler les interactions variées et complexes qui au contraire les relient. Comment penser les différences et les complémentarités entre langue écrite et langue orale sans les hiérarchiser ? pour quelles articulations en matière de lecture et d’écriture ? pour quels apprentissages ? Le large éventail des dispositifs proposés tient compte aussi de la variété des situations d’oral et de leur mise en œuvre au sein de la classe : le travail de groupe, la dictée dialoguée ou négociée, la dictée à l’adulte, l’oralisation de textes, etc. Le numéro fait état de ces propositions, en maternelle , en enseignement spécialisé, au collège et au lycée.

Le numéro est disponible aux Presses du Septentrion. Les articles sont téléchargeables sur cette page.

Sommaire

54-1Comment penser les relations oral/écrit dans un cadre scolaire ?  /  I. Delcambre 7


54-2Interactions et morphologie grammaticale écrite à l’école primaire  /  J. David, L. Dappe 17


54-3La dictée négociée  /  S. Michieletto 33


54-4Un dialogue sans fin : la dictée dialoguée encore et toujours…  /  M. Habi 41


54-5La dictée à l’adulte : des situations variées sollicitant de nombreuses capacités langagières en maternelle  /  S. Ducoulombier Tourret 55


54-6Apprendre à lire pour apprendre à parler à l’enfant dysphasique  /  M. Touzin 79


54-7Ces enfants qui devaient gravir la montagne du loup  /  P. Heems 85


54-8Maitrise de la langue : quelques réflexions  /  R. Hassan 97


54-9Entre écrit et oral dans des classes de mathématiques  /  D. Lahanier-Reuter 107


54-10Activités autour des homophones pour (ré)concilier oral et écrit  /  S. Dziombowski 119


54-11Améliorer ses écrits grâce à la voix  /  J. Nutten 133


54-12Plumes et pinceaux. Activité orale autour des « Phares » de Baudelaire  /  C. Souche 137


54-13« Dire sur son faire ». Objet d’étude et moyen d’analyse de l’entrée des élèves dans l’écrit  /  M. Kreza 145


54-14Le travail de groupe : comment faire ?  /  M.-M. Cauterman 167


54-15Des nouvelles du livre pour la jeunesse : l’enfant/adolescent espion (2)  /  É. Vlieghe 179

Éditorial

« Oral, écrit », c’est ainsi que s’intitule cette nouvelle livraison de Recherches. Mais cela aurait pu tout aussi bien être « Écrit, oral », car le cœur de ce numéro réside dans l’interaction entre ces deux termes et non dans la hiérarchie qui pourrait articuler l’un au-dessus de l’autre. Ce numéro se propose en effet de réfléchir à la manière dont les échanges entre paroles et écriture, voix et symboles peuvent permettre de comprendre et de construire sa pensée. […]