Archives de catégorie : Numéros

N° 57 – L’EXTRASCOLAIRE À L’ÉCOLE

L’école n’est pas un sanctuaire. L’élève y vient avec son vécu d’enfant et l’institution elle-même fait entrer dans l’école des objets extrascolaires ou fait sortir les classes (théâtre, cirque, cinéma, musée, etc.). L’évolution des injonctions officielles et des partenariats est de ce point de vue riche d’en­seignements.
Ce numéro de Recherches interroge ainsi les inter­férences et/ou interactions entre le scolaire et l’extra­scolaire au regard des apprentissages en classe de français. Quelle place pour la sphère privée de l’enfant dans sa vie d’élève – notamment à l’école pri­maire ? Et quelle place dans les activités propres à la dis­cipline, comme l’écri­ture ? Comment penser, par ailleurs, la convocation d’objets extrascolaires, dans le monde de l’école ? Et pour construire quels savoirs ?

Le numéro est disponible aux Presses Universitaires du Septentrion. Les articles sont téléchargeables sur cette page.

Sommaire

57-1Choses vues  /  P. Heems 9


57-2L’enseignement du français aux frontières de l’extrascolaire  /  A. Dias-Chiaruttini 23


57-3Radio et presse au lycée : des activités extrascolaires ?  /  C. Mercier, J.-P. Rausch 41


57-4L’informatique, chemin faisant  /  S. Michieletto 69


57-5Le quoi de neuf : un lieu où l’enfant devient élève, où l’objet du quotidien entre dans le monde scolaire  /  F. Bureau 75


57-6Qu’est-ce que j’enseigne ? Quelques questions autour d’un atelier théâtre réalisé dans le cadre de l’expérimentation « Cours le matin, sport l’après-midi »  /  C. Coget 95


57-7« Qu’est-ce qu’on va faire au tribunal, Monsieur ? »  /  M. Habi 125


57-8Apprendre à visiter, visiter pour apprendre ?  /  F. Bertot 145


57-9La visite scolaire au musée comme objet de construction du chercheur  /  C. Cohen-Azria 159


57-10Des nouvelles du livre pour la jeunesse : manger un peu, beaucoup, passionnément, pas du tout…  /  É. Vlieghe 171

Éditorial

Quatre dinosaures, La femme couchée de F. Léger, la casquette de Valentin, le musée du Quai Branly, un baume magique, le Mont-Saint-Michel : ce numéro de Recherches s’intéresse aux frottements entre le cours de français et l’extrascolaire, c’est-à-dire potentiellement… le reste du monde. Après s’être intéressée, dans le n° 37 « Français et interdisciplinarité », aux liens entre la discipline français et les autres disciplines, puis, dans le n° 52 « Programmes, Programmations », à la jungle des dispositifs greffés, ces dix dernières années, sur la scolarité en général et sur le cours de français en particulier, la revue poursuit et élargit son exploration des frontières en observant les zones de contact entre école et extrascolaire et les sources d’apprentissages qu’elles peuvent constituer : […].

N° 56 – LES DISCOURS EN CLASSE DE FRANÇAIS

Types de textes, formes de discours, genres de textes : que recouvrent ces oscillations terminologiques ? Les types de textes et les formes de discours ont disparu, presque à demi-mot, des derniers programmes de français de l’école élémentaire (2008), du collège (2008) et du lycée (2010), alors pourquoi s’y intéresser ? C’est que ces objets, même s’ils sont désormais estimés hors-sujet par l’Institution, ne sont pas pour autant hors d’usage pour les praticiens, chercheurs et enseignants confondus. La recherche continue de s’y intéresser en les affinant sans cesse. Et c’est dans la mesure où ces catégorisations peuvent aider l’enseignant à penser les apprentissages que Recherches y consacre ce numéro.

Le numéro est disponible aux Presses Universitaires du Septentrion. Les articles de ce numéro sont téléchargeables sur cette page.

Sommaire

R56-1Discursivité, généricité et textualité / J.-M. Adam 9


56-2Le discours publicitaire ou le mélange des genres / S. Dziombowski 29


56-3Varier les discours pour réussir l’entretien de l’épreuve anticipée de français / M. Beauvois 53


56-4Didactique du français et discours / Y. Reuter 67


56-5Rédiger le portrait d’une femme cultivée au siècle des Lumières… / C. Mercier 77


56-6Genres de discours, objets du monde et modes d’organisation des connaissances / V. Boiron 95


56-7Les images racontent-elles à l’école ? / M. Habi 115


56-8La scolarisation de l’argumentation dans l’enseignement secondaire / N. Denizot 135


56-9Argumentation et dissertation / F. Darras, B. Daunay, I. Delcambre, M.-P. Vanseveren 149


56-10Indignes, indignités, indignés : la construction argumentative de l’indignation / C. Plantin 163


56-11Des nouvelles du livre pour la jeunesse : fille ou garçon ? (deuxième volet) / É. Vlieghe 183

Éditorial

Avec cette nouvelle livraison, on pourra s’étonner du choix de Recherches de s’intéresser à des objets aussi désuets que les types de textes et les formes de discours. En effet, pourquoi s’intéresser encore aujourd’hui à ces objets quand ceux-ci ont disparu, presque à demi-mot, des derniers programmes de français de l’école élémentaire (2008), du collège (2008) et du lycée (2010) ? C’est que ces objets, même s’ils sont désormais estimés hors-sujet par l’Institution, ne sont pas pour autant hors d’usage pour les praticiens que nous sommes, chercheurs et enseignants confondus, puisque […].

N° 55 – BROUILLONS

Ce numéro se propose de débrouiller la notion de brouillon en l’éclairant du point de vue théorique, tant par le biais de l’histoire de la notion et de ses acceptions, que par celui des nombreux champs d’études en présence. Les analyses de réécritures permettent de mesurer à quel point le brouillon peut parfois devenir contre-productif. Ce que disent de leurs pratiques les élèves et les étudiants, ou encore les analyses de « brouillons » conduisent aussi à se méfier de toute prescription simplificatrice et réductrice.
Les propositions de travail tentent donc, ici, de prendre en compte la complexité et la diversité des brouillons : brouillon oral/écrit, individuel/collectif, sur transparent/sur feuille A3/sur ordinateur, avec des couleurs des chiffres, des flèches, des phrases ou des mots ; réécritures ponctuelles, partielles, écrits intermédiaires… En enseignement spécialisé, au collège et au lycée.

Le numéro est disponible aux Presses du Septentrion. Les articles sont téléchargeables sur cette page.

Sommaire

55-1Les écrits « intermédiaires » au-delà du brouillon  /  J.-C. Chabanne 7


55-2Le brouillon qui tue  /  F. Darras 21


55-3« Monsieur, je peux demander la publication ? »  /  C. Charlet 31


55-4Brouillons et apprentissage de la dissertation en classe de seconde  /  C. Mercier 45


55-5La question du support dans les apprentissages : le cas du « Grand Brouillon »  /  F. Le Goff 65


55-6Clarifier, embrouiller, inventer, brouillonner  /  C. Doquet 89


55-7Brouillons, brouillard, brouilles et débrouille  /  P. Heems 101


55-8Insupportable brouillon ?  /  S. Michieletto 109


55-9Les étudiants et la réécriture  /  I. Delcambre 125


55-10Le groupe, le déluge et le transparent  /  M.-M. Cauterman 145


55-11Ce qu’ils font et ce qu’ils en disent  /  F. Darras, I. Delcambre 169


55-12Des nouvelles du livre pour la jeunesse : fille ou garçon ?  /  É. Vlieghe 205

Éditorial

Tout est bon dans le brouillon.
En 1989, l’éditorial du numéro 11 de Recherches, intitulé Brouillons, ratures, notait déjà l’existence de ce « leitmotiv pédagogique de l’enseignant de français : “Il faut faire un brouillon” […] affirmé sur le mode de l’évidence ». C’est que le brouillon, tout brouillon qu’il soit, est un objet étrangement rassurant et consensuel. Il est convoqué dans des discours axiologiquement opposés, qui s’entendent cependant pour poser l’importance du brouillon, tout en justifiant cette nécessité sur des principes très divers. […]

N° 54 – ORAL, ÉCRIT

Le numéro se propose de réfléchir à la manière dont les échanges entre paroles et écriture, voix et symboles peuvent permettre de comprendre et de construire sa pensée. Il interroge les préjugés attachés à cette dichotomie supposée entre écrit et oral pour mieux révéler les interactions variées et complexes qui au contraire les relient. Comment penser les différences et les complémentarités entre langue écrite et langue orale sans les hiérarchiser ? pour quelles articulations en matière de lecture et d’écriture ? pour quels apprentissages ? Le large éventail des dispositifs proposés tient compte aussi de la variété des situations d’oral et de leur mise en œuvre au sein de la classe : le travail de groupe, la dictée dialoguée ou négociée, la dictée à l’adulte, l’oralisation de textes, etc. Le numéro fait état de ces propositions, en maternelle , en enseignement spécialisé, au collège et au lycée.

Le numéro est disponible aux Presses du Septentrion. Les articles sont téléchargeables sur cette page.

Sommaire

54-1Comment penser les relations oral/écrit dans un cadre scolaire ?  /  I. Delcambre 7


54-2Interactions et morphologie grammaticale écrite à l’école primaire  /  J. David, L. Dappe 17


54-3La dictée négociée  /  S. Michieletto 33


54-4Un dialogue sans fin : la dictée dialoguée encore et toujours…  /  M. Habi 41


54-5La dictée à l’adulte : des situations variées sollicitant de nombreuses capacités langagières en maternelle  /  S. Ducoulombier Tourret 55


54-6Apprendre à lire pour apprendre à parler à l’enfant dysphasique  /  M. Touzin 79


54-7Ces enfants qui devaient gravir la montagne du loup  /  P. Heems 85


54-8Maitrise de la langue : quelques réflexions  /  R. Hassan 97


54-9Entre écrit et oral dans des classes de mathématiques  /  D. Lahanier-Reuter 107


54-10Activités autour des homophones pour (ré)concilier oral et écrit  /  S. Dziombowski 119


54-11Améliorer ses écrits grâce à la voix  /  J. Nutten 133


54-12Plumes et pinceaux. Activité orale autour des « Phares » de Baudelaire  /  C. Souche 137


54-13« Dire sur son faire ». Objet d’étude et moyen d’analyse de l’entrée des élèves dans l’écrit  /  M. Kreza 145


54-14Le travail de groupe : comment faire ?  /  M.-M. Cauterman 167


54-15Des nouvelles du livre pour la jeunesse : l’enfant/adolescent espion (2)  /  É. Vlieghe 179

Éditorial

« Oral, écrit », c’est ainsi que s’intitule cette nouvelle livraison de Recherches. Mais cela aurait pu tout aussi bien être « Écrit, oral », car le cœur de ce numéro réside dans l’interaction entre ces deux termes et non dans la hiérarchie qui pourrait articuler l’un au-dessus de l’autre. Ce numéro se propose en effet de réfléchir à la manière dont les échanges entre paroles et écriture, voix et symboles peuvent permettre de comprendre et de construire sa pensée. […]

 

N° 53 – LEXIQUE VOCABULAIRE

Le lexique et le vocabulaire sont au cœur des nouveaux programmes depuis 2007. Leur apprentissage s’y inscrit dans une logique de capitalisation par accumulation répétée, logique que le numéro se propose d’interroger et de déconstruire. Quelles alternatives à la « leçon de mots » ? Quels principes d’action peuvent guider un enseignement efficient du lexique ? Comment concilier les problématiques didactiques complexes liées à cet apprentissage et les impératifs pédagogiques ? En lecture, comment articuler compétences lexicales et culturelles ? En production écrite ou orale, le numéro propose des analyses et des démarches pour favoriser le réemploi lexical au primaire, au collège, au lycée, à l’université ou en français langue seconde.

Le numéro est disponible aux Presses Universitaires du Septentrion. Les articles sont téléchargeables sur cette page.

Sommaire

Comment favoriser le réemploi lexical ?  / A. Sardier, F. Grossmann 9


R53 2Pêlemêle lexical : le vocabulaire au lycée / C. Mercier 35


R53 3Deux-trois mots pour la classe de troisième / M. Habi 55


R53 4Le problème de la framboise / P. Heems 71


R53 5(In)compétences lexicales et culturelles des jeunes lecteurs d’œuvres patrimoniales / B. Louichon 77


R53 6Travailler sur le vocabulaire ? Oui, mais pas selon Bentolila / É. Charmeux 87


R53 7Deux exercices pour s’approprier des mots / S. Michieletto 95


Quelle évaluation du vocabulaire en production écrite ? Un exemple : les verbes de parole / F. Charles 111


R53 9Le lexique est-il une difficulté pour les étudiants ? / I. Delcambre 123


R53 10Enseigner les verbes de déplacement pour l’écriture de récits : de l’analyse de besoins à la mise en place d’activités en classe de CM2 / C. Garcia-Debanc, A. Chourau 139


R53 11Expérimentation d’une ingénierie didactique pour l’enseignement/apprentissage  du lexique verbal en français langue seconde pour des élèves nouvellement arrivés en France placés en dispositif d’accueil / B. Touillet 159


R53 12Des nouvelles du livre pour la jeunesse : l’enfant/adolescent espion (1) / É. Vlieghe 179

Éditorial

Il y a une sorte de loi naturelle qui régit les thématiques qui font l’objet d’un numéro dans Recherches : une thématique traitée dans un numéro de la revue a souvent vocation à être traitée une seconde fois au moins dans un numéro ultérieur. Ainsi, le numéro 48, Enseignement de la langue, fait écho au numéro 20, Langue ; le numéro 36, Difficultés de lecteur, fait écho au numéro 17, Le mal de lire ; et l’on pourrait encore relever bien d’autres récurrences qui font aussi la cohérence de notre ligne éditoriale. Mais le thème de ce numéro est pour nous inédit et ce n’est pas un hasard. […]

N° 52 – PROGRAMMES, PROGRAMMATIONS

À l’origine de ce numéro, était posée une triple interrogation autour des programmes : comment les enseignants de français s’approprient-ils les programmes pour mettre en œuvre des processus d’apprentissages au sein de la classe ? Cette cohérence a-t-elle du sens pour les élèves ? Quels programmes l’Institution propose-t-elle dans le cadre des nouvelles réformes tous degrés confondus ? À l’arrivée, la rédaction livre un passage en revue méthodique et analysé de tous les dispositifs qui renvoient la construction de compétences mal définies à l’extérieur de la classe et de la discipline (à travers 18 fiches qui présentent et commentent les dispositifs en vigueur). Elle interroge la manière dont ce morcellement, idéologiquement pensé, justifié et programmé, met à mal les approches didactiques et pédagogiques de la construction des savoirs et savoir-faire. Sans, pour autant, renoncer à des propositions de dispositifs d’apprentissage, au collège et au lycée.

Le numéro est disponible aux Presses du Septentrion.

Les articles sont téléchargeables sur cette page.

Sommaire

52-1 La jungle des dispositifs  /  M.-M. Cauterman, B. Daunay 9


52-2La jungle en fiches  /  La rédaction de Recherches 25


52-3Programme, progression : la table des matières d’un manuel  /  F. Darras 65


Q52-4uand les élèves de lycée réfléchissent au programme…  /  C. Mercier 69


52-5Le « descriptif » de français  /  N. Denizot 95


52-7Programmer les TICE en Français : de l’utopie pédagogique au réel de la classe  /  C. Charlet 115


52-6Hors programme  /  M. Beauvois 127


U52-9ne année, deux professeures de français  /  S. Dziombowski, S. Michieletto 141


52-10Projet de réussite programmée  /  P. Heems 153


O52-11rdre de l’homogène et cohérences dans la diversité  /  É. Nonnon  161


D61-7es nouvelles du livre pour la jeunesse : Télévision, jeux télévisés et téléréalité  /  É. Vlieghe  193

Éditorial

Au commencement, cela avait pris l’allure d’un numéro sans histoires : il s’agissait de construire une problématique sur le travail en amont de la classe de français, c’est-à-dire le travail fait par l’enseignant pour la conception et la planification de ses contenus et objectifs, avec ses choix didactiques et pédagogiques, ses prises de décision dans la répartition et la gestion du temps. Le questionnement portait sur l’ajustement entre programmes, programmations, progressions, et son inscription dans la dynamique d’une classe et de ses élèves. Au centre, était l’interrogation sur les points de rupture ou au contraire les ponts éventuels entre le sens mis à cette cohérence, d’un côté par l’expert (l’enseignant), et de l’autre par l’apprenti (l’élève). Une problématique somme toute conforme à la ligne éditoriale de Recherches. […]

 

 

N° 51 – LE CINÉMA EN CLASSE DE FRANÇAIS

Dix ans après un numéro consacré à l’image, Recherches s’intéresse plus particulièrement à l’image cinématographique. Cet objet d’enseignement n’est pas ici posé d’emblée comme légitime dans les classes de français : la question didactique du statut du cinéma (discipline afférente ou à part entière ?) est incontournable. Néanmoins, le cinéma est entré dans les classes de français.  Qu’on y analyse des films ou que l’on parte de ceux-ci pour faire du français, il s’agit d’envisager des dispositifs d’apprentissage qui amènent l’élève à se départir d’un rapport à l’image qui irait de soi et à se construire des clefs pour un regard plus éclairé sur l’image comme sur le texte. Le numéro fait état de ces propositions, au collège  comme au lycée. Et quand les élèves font leur cinéma, c’est à une réalisatrice de témoigner.

Le numéro est disponible aux Presses du Septentrion. Les articles sont téléchargeables sur cette page.

Sommaire

51-3Le cinéma : une discipline sans matière  /  M. Habi 7


Q51-2uelques bonnes raisons d’intégrer le cinéma au cours de français  /  A. Oliver 37


D51-1u cinéma dans la toile d’une programmation en seconde (Freaks, Bienvenue à Gattaca et Je suis une légende) / C. Coget 51


51-12Faut-il enseigner le cinéma ?  /  J.-L. Lioult 83


51-11Approcher l’objet cinéma en cours de français : petit inventaire d’activités  /  M. Habi 89


P51-10arler des films  /  M.-M. Cauterman 113


Fi51-9lmer avec des lycéens  /  M. Place 125


51-8Lycéens au cinéma : une perspective annuelle  /  C. Souche 137


51-7Plaine ou montagne ? L’Homme de la plaine ou le choix du cinéma en classe de troisième d’insertion  /  F. Rodriguez 153


51-6Cinéma et littérature en terminale : des liaisons dangereuses  /  M. Beauvois 165


51-5Le cinéma à l’école et dans le cours de français : petit historique  /  N. Denizot 177


51-4Des nouvelles du livre pour la jeunesse : Cinéma, théâtre et star system  /  É. Vlieghe 197

Éditorial

Dix ans après un numéro consacré à l’image, Recherches s’intéresse plus particulièrement à l’image cinématographique. La revue aurait-elle intégré le cinéma comme un objet disciplinaire propre au français, suivant ainsi la tendance institutionnelle de ces dix dernières années ? On imagine aisément qu’il n’en est rien et que cet objet d’enseignement n’est pas ici posé d’emblée comme légitime dans les classes de français : la question didactique du statut du cinéma (discipline afférente ou à part entière ?) est incontournable. Néanmoins, le cinéma est entré dans les classes de français. Qu’on y analyse des films ou que l’on parte de ceux-ci pour faire du français, dans les deux cas, les pratiques méritent d’être prises en considération.
Faire travailler les élèves sur une œuvre cinématographique amène cependant à se départir d’un certain nombre d’illusions. […]

 

N° 50 – D’UNE CLASSE À L’AUTRE

Pour ce 50e numéro, Recherches interroge les continuités et les ruptures dans l’enseignement du français. À l’heure de la suppression programmée des RASED, l’institution multiplie les injonctions et les outils visant à faciliter le suivi de l’élève. Mais qu’en est-il dans la réalité de la classe ? Du point de vue de la discipline d’abord : il s’agit d’interroger l’illusion continuiste que donnent les programmes actuels de la discipline français et de ses objets, en réalité multiformes. La question est abordée également du point de vue des élèves et de leurs acquis, eux aussi fluctuants : comment alors tenir compte de la nécessité de ménager des transitions sans nier les ruptures, elles aussi essentielles – de la maternelle à l’université ?  Comment faire en sorte que ces individus, réunis au sein de ce qui est appelé « une classe », se constituent en collectif d’apprentissage ? Qu’en est-il du regard de l’élève ? La question est ensuite envisagée du point de vue de l’enseignant lui-même qui n’est pas épargné par les ruptures dans sa vie professionnelle. Enfin, l’Institution dans son ensemble est en jeu : comment prend-elle en charge les élèves qui sont trop tôt tentés de quitter la classe ?

Le numéro est en vente sur notre site. Les articles sont téléchargeables sur cette page.

Sommaire

50-1Le français d’une classe à l’autre  /  B. Daunay 9


50-2Construire une classe  /  M.-M. Cauterman, F. Darras, M.-P. Vanseveren 27


50-3Impromptu, scènes du cours de français  /  M. Constant 37


«50-4 Cette année j’entre au lycée… »  /  S. Dziombowski 43


D50-5u lycée professionnel à la classe spécialisée : itinéraire d’un enseignant d’une classe à l’autre…  /  D. Gorgeret 55


U50-6n romancier classique d’une classe à l’autre : les extraits de Balzac dans les manuels scolaires  /  N. Denizot 59


S50-7e préparer à entrer en sixième sans le savoir…  /  A.-M. Jovenet 85


D50-8e la troisième à la seconde : rompre ou ne pas rompre ?  /  C. Mercier 101


É50-9crire à l’université : continuités ou ruptures ?  /  I. Delcambre 121


50-10Sur les traces des élèves déscolarisés ou en risque de décrochage  /  M. Esterle Hedibel 137


50-11Des RASED faisons table rase  /  P. Heems 151


50-12Quand des élèves de 6e se souviennent de leurs lectures de CM2  /  M. Lusetti 155


« 50-13On a travaillé sans s’en rendre compte ! »  /  S. Michieletto 183


50-14Des nouvelles du livre pour la jeunesse : Le vampire (3)  /  É. Vlieghe 189

Éditorial

La vie d’un enfant est faite d’une succession de bouleversements, de ruptures : il y a le premier cri, le premier pas, le premier mot, il y a la première séparation d’avec le père ou la mère (la crèche, l’école). Commence alors la vie de l’élève qui est faite, elle aussi, d’une succession de bouleversements, de ruptures.
Il y a le premier jour, partagé entre les pleurs et l’émerveillement, il y a les premiers essais d’écriture, de lecture. Il y a le passage à la grande école où le grand de maternelle redevient le petit du CP. Il y a, peut-être, les premiers échecs, les premières orientations (CLIS, SEGPA…) Il y a le passage au collège où le grand de CM2 redevient le petit de sixième, ensuite, pour la plupart, au lycée (qu’il soit professionnel, technique ou général) puis, éventuellement, les études supérieures. Il y a la longue liste des examens qui ponctue ce parcours d’obstacles à chaque fois plus difficiles à franchir.
Bien entendu, ces moments de rupture que l’institution de l’École impose aux élèves en leur demandant à chaque fois d’être un peu plus autonomes ne correspondent jamais (ou alors par miracle) aux évolutions réelles dans le développement de l’enfant, à son parcours personnel. […]

N° 49 – TROUBLES DU LANGAGE ET APPRENTISSAGES

Le numéro s’intéresse plus particulièrement aux difficultés d’apprentissage en français liées à la dyslexie et à la dysphasie. L’accompagnement des difficultés engendrées par ces handicaps appelle une réponse qui ne peut pas être seulement pédagogique, mais qui doit être élaborée en partenariat avec d’autres champs professionnels comme le social, la santé ou l’éducatif, pour que soient conjuguées les aides apportées. C’est donc un numéro polyphonique que nous proposons, avec des approches pluricatégorielles du trouble. On y trouvera la voix d’un parent d’enfant porteur de dysphasie, celles de jeunes adultes dyslexiques, celles de professionnels de la santé. Feront écho à ces approches des analyses et des propositions pédagogiques.

Le numéro est en vente sur notre site. Les articles sont téléchargeables sur cette page.

Sommaire

49-1 La dyslexie, toute une histoire  /  F. Darras  7


À49-2 l’école aussi, à chacun sa dysphasie…  /  C. Ryckebusch  19


D49-3es enfants dysphasiques en rééducation  /  M.-C. Dubus  29


49-4Paroles de dyslexiques : François  /  Interview réalisée par F. Darras et C. Mercier  37


L49-5es dys… dyslexies et autres troubles  /  D. Crunelle  49


R49-6egards sur un bavaleau  /  M.-P. Lemoine  59


49-7Portraits d’élèves  /  P. Heems  69


49-85 fois les mots, 3 fois les règles d’orthographe !  /  V. Gruson  77


49-9Vécu d’un parent d’enfant porteur de dysphasie  /  Anonyme  99


49-10Le partenariat enseignants – orthophonistes avec des yeux d’enfants…  /  M. Chivet  111


49-11Paroles de dyslexiques : Jean et Sylvain  /  Interview réalisée par F. Darras et C. Mercier  129


49-12Une hisdoire où on édait dous gomblètement mouchés  /  F. Darras  141


F49-13aire comme si… Faire avec…  /  M. Habi  151


A49-14pproche multidisciplinaire des troubles du langage  /  F. Boidein  161


49-15 La production écrite des enfants dyslexiques : mots à maux  /  V. Rey, A. Carlotti  167

49-16Notre Dame de Parlatges, priez pour nous !  /  S. Suffys 181


49-17Des nouvelles du livre pour la jeunesse : nouveaux éditeurs, nouvelles collections /  É. Vlieghe  191

Éditorial

Tout élève court le risque d’avoir de grosses difficultés à apprendre à lire. À cela, mille raisons : le maitre peut être brutal, aller trop vite, suivre le rythme de ceux qui savent déjà lire. Ses parents peuvent se séparer, fuir une guerre et ses atrocités, être analphabètes, illettrés, avoir des fins de mois compliqués, être sans-papiers, vivre dans une chambre d’hôtel ou dans une caravane. Lui-même peut se sentir mal aimé, être victime de carences éducatives, de maltraitance, avoir été renversé sur la voie publique par une voiture et subir les séquelles d’un traumatisme crânien, être dans les zones de la déficience mentale…
Mais il peut aussi, et parfois de plus, être dyslexique. Ou dysphasique. On peut être pauvre et dyslexique comme Kévin. On peut avoir des parents turcs et être dysphasique comme Leïla.
Il est des élèves dont l’accompagnement des difficultés d’apprentissage relève seulement de la responsabilité des enseignants par la remise en cause de leurs pratiques pédagogiques et la recherche d’aides ou de dispositifs adaptés. Tel est l’engagement historique de Recherches. Mais il est aussi d’autres élèves dont l’accompagnement des difficultés d’apprentissage appelle une réponse qui ne peut pas être seulement pédagogique, mais qui doit être élaborée en partenariat avec d’autres champs professionnels comme le social, la santé ou l’éducatif, pour que soient conjuguées les aides apportées à cet élève, cet enfant qui s’appelle Marvin. […]

N° 48 – L’ENSEIGNEMENT DE LA LANGUE

Le numéro se penche sur une problématique récurrente. Sujet traditionnel de polémiques et d’injonctions institutionnelles idéologiquement marquées, cette problématique est aussi une préoccupation constante pour l’enseignant. Loin des discours simplificateurs, il s’agit d’abord d’interroger une norme qui ne va pas de soi. Cela conduit à prendre en compte le rapport des élèves à leur propre langue non pour la dénigrer mais pour aider les élèves à objectiver des pratiques linguistiques plurielles. Cette démarche réflexive sur la langue a aussi le souci de donner du sens à l’enseignement de la grammaire. Elle postule que développer la curiosité et la réflexion métalinguistiques est une condition indispensable pour la maitrise de la langue. Les analyses et les démarches s’intéressent aux divers aspects concernant l’enseignement et l’apprentissage des questions de langue, du primaire au lycée en passant par le collège. Un article présente une réflexion issue de lectures théoriques ; un article et une bibliographie fournissent également des pistes pour travailler avec les livres qui mettent la langue en jeu(x).

Le numéro est en vente sur notre site. Les articles sont téléchargeables sur cette page.

Sommaire

48-1 La langue ? Parlons-en  /  F. Calame-Gippet  9


48-2Miscellanées grammaticales  /  M.-M. Cauterman, B. Daunay  25


A48-3nalyse des difficultés orthographiques d’élèves de cours préparatoire  /  R. Hassan  45


E48-4t la langue au lycée ?  /  C. Mercier  59


Q48-5uelques pépites d’ORL dans un océan de grammaire  /  S. Lepoire-Duc, J.-P. Sautot  77


L48-6angues de terre contre langues de fer  /  S. Suffys  93


L48-7e verbe pour commencer la grammaire au CE1  /  M. Lusetti  105


L48-8’orthographe et le temps au lycée  /  C. Coget  137


A48-9méliorer l’orthographe au collège  /  Y. Reuter  149


48-10La langue en jeu(x) dans la littérature de jeunesse  /  M. Lusetti  165


D48-11es nouvelles du livre pour la jeunesse : mots et langue  /  É. Vlieghe  189

Éditorial

Enseigner la langue : de quoi parlons-nous ? Dans la continuité du numéro 15 (« Orthographe Grammaire », 1991) dont la couverture montre assez qu’on était toujours dans l’ère du cloisonnement (orthographe / grammaire / récitation / rédaction etc.) et du numéro 26 (« Langue », 1997), édité aux débuts de l’ère de la séquence, Recherches s’obstine à poser une vieille question. Et à apporter des réponses qui, sur le fond, ne varient pas. Et d’ailleurs pourquoi vouloir qu’elles varient ? Il est des sillons qu’il vaut la peine de creuser, encore et toujours. De quoi parlons-nous ? C’est précisément la question à laquelle les discours actuels de l’institution ne répondent jamais. Qu’il s’agisse des déclarations de pseudo-spécialistes et de futurs nouveaux programmes, le tout médiatisé, en ce printemps 2008, de manière à caresser dans le sens du poil les tenants du bon sens et les élitistes inavoués, la règle semble être de brouiller les pistes, ce qui est le plus sûr moyen de dominer. Tentons, dans ce numéro, de sérier les problèmes. […]

N° 47 – ENSEIGNER LE FRANÇAIS : UN MÉTIER

Enseigner est un métier, à n’en pas douter, mais enseigner le français ? La spécificité disciplinaire change-t-elle le métier ? C’est la question que veut poser ce numéro de Recherches en interrogeant la manière dont vivent leur métier les enseignants de français que sont les instituteurs ou institutrices, les professeur-es des écoles, les professeur-es de français du collège et des lycées. La particularité de ce numéro est d’approcher le métier en tant que tel, avec ce qu’il donne à vivre en termes d’activités didactiques, pédagogiques, administratives, institutionnelles, mais aussi en termes d’identité et de rapport au travail. Il s’agit de donner à voir comment le métier est vécu par certains de ceux qui le vivent sans dogmatisme et surtout sans nostalgie, mais au contraire avec la volonté de montrer des facettes diverses du métier quand il se vit au quotidien, par des réflexions générales, des analyses et par la présentation d’activités de « français » (qu’elles soient disciplinaires ou transdisciplinaires).

Le numéro est en vente sur notre site. Les articles sont téléchargeables sur cette page.

Sommaire

47-1 Les enseignants de français à l’épreuve  /  A. Barrère  9


L47-2e français à la marge /  M. Habi  23


47-3Ce métier qu’on fait à loisir /  P. Heems  41


47-4Comment rater une heure de cours : mode d’emploi /  M.-M. Cauterman, F. Darras, M.-P. Vanseveren  51


M47-5atin d’bren /  M.-M. Cauterman  55


U47-6ne fenêtre sur le travail enseignant et ses normes /  É. Nonnon  59


47-7Le métier d’enseignant de français au crible du rapport d’inspection /  M.-M. Cauterman, B. Daunay  85


47-8Être professeure stagiaire, c’est… /  M. Dekeyzer  121


47-9Les armes et les lettres au lycée professionnel /  A. Lucas  131


C47-10omment j’ai redébuté dans le métier… /  C. Charlet  141


L47-11e journal de bord et la fiche de préparation : les aléas d’une écriture professionnelle /  B. Daunay  145


47-12Vous entrerez dans la carrière quand vos ainés n’y seront plus… /  S. Suffys  171


47-13Des nouvelles du livre pour la jeunesse : sorcellerie et pouvoirs magiques /  É. Vlieghe  193

Éditorial

Enseigner est un métier, à n’en pas douter, mais enseigner le français ? La spécificité disciplinaire change-t-elle le métier ? C’est la question que veut poser ce numéro de Recherches en interrogeant la manière dont vivent leur métier les enseignants de français que sont les instituteurs ou institutrices, les professeur-es des écoles, les professeur-es de français en collège ou en lycée.
Il faut noter que, dans l’histoire de Recherches, c’est la première fois que la question de l’enseignant est clairement posée en soi, comme thème central. […]

N° 46 – LITTÉRATURE

C’est loin des polémiques que le numéro envisage la littérature comme objet d’enseignement. Il s’agit dès lors d’interroger les enjeux et les modalités de la construction du sens. Quelle relation se construit entre l’élève et le livre et comment se construit-elle ? Quels dispositifs d’apprentissage mettre en place pour une pédagogie de la réception littéraire qui tienne compte de l’étrangeté de cet objet pour les élèves ? En quoi l’intertextualité peut-elle favoriser cette réception ? Quelle place pour l’écriture d’invention dans l’approche de l’œuvre littéraire ?

Le numéro est en vente sur notre site. Les articles sont téléchargeables sur cette page.

Sommaire

46-1 De quelques expériences en littérature au collège  /  S. Suffys  7


46-2Couts et contrecoups d’une institutionnalisation  /  F. Quet  33


46-3Le canapé et l’étagère  /  P. Heems  45


46-4La Fontaine en sixième  /  M.-M. Cauterman, F. Darras, M.-P. Vanseveren  53


46-5Le pluriel des réceptions effectives  /  J.-L. Dufays  71


L46-6a médiation par le livre en orthophonie  /  C. Hourdequin  91


V46-7ariations autour du Bizarre incident du chien pendant la nuit de Mark Haddon  /  C. Mercier  109


E46-8ntrer en lecture de L’Odyssée en sixième  /  C. Charlet  125


46-9Écrit palimpseste et brouillon de lecture  /  F. Le Goff  135


46-10Du débat interprétatif à l’école ?  /  A. Dias-Chiaruttini  151


C47-13orneille avait raison ! On peut choisir sans exclure…  /  J.-L. Tilleuil  167


47-12 Candide ? Un vrai télétubbie !  /  C. Larat  183


47-11Résistance de l’œuvre et intertextualité  /  C. Donadille  195


L47-10’Oiseau livre : une exposition évolutive  /  A. Dewez, A. Petit, C. Mercier  205


47-9Des nouvelles du livre pour la jeunesse : journaux intimes (4)  /  É. Vlieghe  217

Éditorial

Autrefois était l’objet littéraire. Posés scolairement comme une évidence, les textes étaient littéraires parce qu’ils étaient travaillés, étudiés, scolarisés comme tels. La littérature, c’est ce qui s’enseigne, disait Roland Barthes1.
Ces temps sont lointains : à côté du texte littéraire ont émergé, dans les années 1980, à l’école et au collège, de nouvelles catégories aux contours flous, les textes non-littéraires, les écrits dits fonctionnels comme la recette ou le programme TV. Ces nouveaux objets à enseigner trouvaient leur légitimité dans l’élitisme supposé de l’objet littéraire : la littérature était perçue comme machine à sélectionner les élèves, forcément inégaux sur la ligne de départ face à une culture littéraire dont ils étaient ou non les héritiers. […]