n° 35 – HÉTÉROGÉNÉITÉ

Qu’entend-on par hétérogénéité en maternelle, au CP, au collège ou au lycée ? Que peut apporter la rencontre entre une classe de 6e et une institutrice spécialisée messagère de sa classe d’IEM, entre deux classes d’un même collège, entre une école primaire et des enfants autistes ? Comment rend-on une classe homogène quand une classe dite « hétérogène » est une classe où les élèves ont du mal à vivre ensemble ? Des idées pour que le travail de groupes soit un outil d’apprentissage mais aussi un lieu où se travaille la relation à l’autre et à soi-même (ses difficultés mais aussi ses projets).

Ce numéro est en vente sur notre site. Les articles sont téléchargeables sur cette page.

Sommaire

49-15 Ils sont insupportables !  /  M.-F. Desprez 7


C49-14es enfants-ci, ces enfants-là… : du côte de la différence repérée comme telle ; du côté des différences banalisées et multipliées  /  S. Suffys, A. Delreux 17


49-13La prof et l’élève  /  J. Warlop, M-M. Cauterman 49


49-12Hétérogénéité, autonomie, … blablabla ?  /  C. Coget 53


S49-11ilence! On se parle  /  F. Bertot 71


L’h49-10étérogénéité au service du travail de groupe  /  M. Bleuse 81


49-9Ce n’est pas la question  /  B. Liénard 93


I49-8ndices d’hétérogénéité dans une démarche d’écriture en projet  /  F. Ruellan 99

L49-7a classe de l’autre  /  M. Habi 137


A49-6u secours, on a perdu la classe de 4e A…  /  M. Constant 147


L’49-5aide individualisée en seconde  /  N. Denizot, C. Mercier 163


L49-4e carnaval des copies ou de l’évaluation scolaire à la socialisation du savoir  /  Y. Debuys 177


49-3  Enfants tout venant – enfants handicapés: Travailler ensemble  /  N. Deroubaix 205


M49-2a classe de seconde C : des exclus de l’intérieur  /  S. Naudin 217


De49-1s nouvelles du livre pour la jeunesse : Le vampire (2)  /  É. Vlieghe 229

Éditorial

Posons comme principe qu’il n’est nullement question dans ce numéro de Recherches de remettre en cause la nécessité de l’hétérogénéité au sein des classes et des établissements. Bien au contraire, et pour des raisons évidentes à quiconque s’est un peu intéressé au problème. On peut rappeler brièvement l’échec et le caractère le plus souvent explosif des classes ghettos (CLAD fermée, seconde Z ou quatrième passerelle), il nous semble important de mentionner aussi que le respect que nous portons aux élèves nous empêche de les étiqueter trop facilement comme « bons » ou « nuls », sans oublier que l’hétérogénéité est dans la loi et dans les textes officiels… Mais surtout, même si cette raison parait à priori « ronflante » et fort « politiquement correcte », parce que l’apprentissage de la différence fait partie de l’éducation et que l’hétérogénéité, c’est aussi l’apprentissage de la citoyenneté. On peut même ajouter que plus l’hétérogénéité est grande, plus c’est formateur : des tentatives de rencontres ou d’intégration d’élèves handicapés auprès d’élèves « normaux » montrent que ces derniers ont beaucoup appris de ces expériences. […]