N° 03 – LIRE/ÉCRIRE EN PROJETS

À quoi ça sert d’écrire à l’école ? Et corrélativement, quel sens ça a d’écrire à l’intérieur de l’institution scolaire ? Et le désir d’écrire ? Faire l’impasse sur cet éventuel désir, n’est-ce pas retourner à des exercices détournés de l’affectivité de l’élève, donc morts ? Est-ce que les examens ne demandent pas que des écrits morts ? Écrire, est-ce produire, ou reproduire ? Quelles évaluations appellent nos pratiques ?

Les articles de ce numéro sont téléchargeables sur cette page.

Sommaire

1-2Donjons et dragons. Le choc des morts, le poids des fantômes / J. Gibrat  3


1-3Contes… toujours tu m’intéresses ! / M. Constant et T. Vanlemans  31


1-4Lire/écrire au collège Anatole France / I. Ferrari  44


1-5« Gros plan » sur George Sand / G. Sion  58


1-6Courrier des lecteurs : Réponse à l’article de Recherches  n° 2 sur la lecture de consignes / C. Caignaert  69

Éditorial

L’écriture serait redevenue presque soudainement une préoccupation ministérielle. « Il faut leur apprendre à écrire. ». Qui oserait manifester son désaccord face à cet objectif ? Alors écrivons !
Mais quoi ?
Et pourquoi ?
Et à qui ?
Et comment ?
Vertiges interrogatifs dignes de Woody Allen qui nourrissent les numéros 3, 4 et 5 de Recherches. C’est dire si nous estimons le problème à sa juste valeur.
L’écriture est d’abord un des lieux communs de la parole enseignante. Toujours les mêmes constatations,  le lamento des arrière-salles de profs (« ils ne sa vent pas s’exprimer », « leurs textes sont d’une pauvreté… et mal construits par-dessus le marché », « quel vocabulaire indigent ! »), les soupirs sentencieux des antichambres d’examen (« quel désastre ! », « que feront-ils lorsqu’il s’agira d’écrire à un patron ». […]