Qui sommes-nous ?

La revue Recherches est née dans l’académie de Lille en 1984. Elle est destinée à offrir aux enseignants de français un lieu d’écriture professionnelle – où peuvent se réfléchir les pratiques d’enseignement, se communiquer les innovations et se diffuser les recherches scientifiques qui intéressent la didactique du français. Elle est classée dans la catégorie « Interface » par le HCÉRES (Haut conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur) ; cela signifie qu’elle est reconnue comme interface entre le champ de la recherche et celui des pratiques professionnelles. Elle est diffusée par les Presses Universitaires du Septentrion.

Dernier numéro paru : 70 – Connivences

L’éditorial

Il y a trente ans, un numéro de la revue Recherches consacré aux stéréotypes analysait le jugement négatif de stéréotypie porté sur les productions d’élèves, pour montrer que tout jugement de stéréotypie reposait sur un accord tacite entre membres d’une communauté et était de ce fait très labile, car variant d’un groupe à l’autre et susceptible d’évoluer dans le temps. Prenant la question du stéréotype sous un autre angle, le numéro posait l’existence de modèles, de prototypes comme inhérents à tout apprentissage : plutôt que de se lamenter sur la prétendue « nocivité » des stéréotypes, il s’agissait de proposer un travail en classe sur ceux-ci. C’est dans ce même esprit que le concept de connivence est abordé dans la présente livraison. Le concept de connivence élargit le champ du stéréotype ; il se caractérise comme lui par son caractère implicite, spontané et sa constante ambivalence : la connivence peut exclure comme inclure, procurer du plaisir ou laisser indifférent, faute d’être perçue. On a là une même logique : celle d’un système de références, de valeurs dont on décrypte (ou pas), plus ou moins spontanément et consciemment, les codes.

Lire la suite de l’éditorial ou accéder à la page du numéro 70.