Qui sommes-nous ?

La revue Recherches est née dans l’académie de Lille en 1984. Elle est destinée à offrir aux enseignants de français un lieu d’écriture professionnelle – où peuvent se réfléchir les pratiques d’enseignement, se communiquer les innovations et se diffuser les recherches scientifiques qui intéressent la didactique du français. Elle est classée dans la catégorie « Interface » par le HCÉRES (Haut conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur) ; cela signifie qu’elle est reconnue comme interface entre le champ de la recherche et celui des pratiques professionnelles. Elle est diffusée par les Presses Universitaires du Septentrion.

Dernier numéro paru : 71 – Différencier

L’éditorial

Le précédent numéro de Recherches interrogeait les phénomènes de connivence à l’œuvre dans le système éducatif en soulignant leur ambivalence : fondée sur un système de références et de valeurs dont on décrypte ou non les codes, la connivence peut exclure comme inclure. C’est à nouveau d’exclusion et d’inclusion qu’il est question dans ce numéro, centré sur la manière dont l’école prend en compte la diversité des publics qu’elle a mission de former.
On le sait, les évolutions du système éducatif, elles-mêmes liées aux évolutions économiques, ont régulièrement conduit, depuis un siècle, à ce qu’on a appelé, selon l’orientation argumentative que l’on donne à son propos, une « massification » ou « démocratisation » de l’enseignement, faisant entrer à l’école ou y maintenant plus longtemps de nouveaux élèves, des élèves non connivents. En témoignent, dans l’histoire récente, les tentatives d’unification du système, de la réforme Berthoin (1959) à l’objectif de 80% d’une classe d’âge au niveau du baccalauréat de Chevènement (1985) en passant par le « collège unique » instauré par la loi Haby (1975). Si cette tendance n’a pas empêché la ségrégation scolaire […], elle a amplifié des questions professionnelles inhérentes au métier.

Lire la suite de l’éditorial ou accéder à la page du numéro 71.